Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Laura G. / 13 ans / Chouzé S/ Loire, France

Toute l'histoire de cette célèbre aventure à la voile autour du monde et de cette huitième édition !

Tous les quatre ans depuis 1989, quelques marins (vingt-neuf cette année) partent dans une extraordinaire aventure à la voile, en solitaire, sans assistance et sans escale autour du monde. Ils partent du port des Sables d'Olonne admirés par plusieurs millions de personnes, et y reviennent après plusieurs mois de navigation. En effet, lors de l'édition 2012/2013, François Gabart a établi le record en faisant le tour du monde en 78 jours et quelques heures. Les skippers descendent ensuite l'Atlantique pour passer le Cap de Bonne Espérance, puis ils se dirigent vers l'Australie pour passer le Cap Leeuwin et finissent par passer le Cap Horn avant de remonter l'Atlantique et revenir au point de départ.
Parmi les grands moments qui ont marqué cette course, nous retenons la disparition de Gerry Roufs lors de la troisième édition. Nous ne connaissons pas la raison exacte de la mort de ce marin, mais nous savons que la mer était déchaînée, allant même jusqu'à faire dérouter des cargos. Six mois après, l'épave de son bateau est retrouvée sur les côtes du Chili.
Le 6 novembre de cette année, vingt-neuf skippers de différentes nationalité (Alex Thomson est Anglais, Kojiro Shiraishi est Japonnais tandis que Didac Costa vient de Barcelone) ont pris le départ sur des bateaux de 18,28 mètres de long. Un quart de ces navires étaient même équipés de foils, une innovation pour le Vendée Globe. Les foils sont des sortes d’ailerons placés de chaque côté du bateau, ils permettent de le faire planer sur l'eau et de gagner de la vitesse ; certains marins font des pointes à 30 nœuds, ce qui correspond environ à 54 km/h. Cependant, on ne connaît pas leur fiabilité dans les mers agitées comme les mers du Sud, en témoigne la bateau d'Alex Thomson qui en a perdu un.
Autre nouveauté, des zones d'exclusion ont été mises en place pour remplacer les portes des glaces virtuelles. Ces zones sont des points fictifs placés régulièrement pour limiter les risques de « rencontrer » les glaces, comme l'avait fait Jean-Luc Van Den Heede lors de la première édition. Cette nouvelle règle est inspirée de la course 'Barcelona World Race' (un tour du monde en double). Cependant, si un skipper venait à rentrer dans une zone pour un cas de force majeure, il serait uniquement pénalisé, comme dans la 'Volvo Ocean Race'.
Cette année encore, la mer a été impitoyable avec les marins. En effet, nous déplorons une bonne dizaine d'abandons. Bertrand de Broc a été le premier à déclarer forfait, le 19 novembre, victime d'un problème de quille. Tanguy de Lamotte a subit une avarie de mât le 15 novembre, et est rentré aux Sables d'Olonne où a été officialisé son abandon le 27 novembre. Kojiro Shirashi a subi le même sort dans la nuit du 3 au 4 décembre. Le 22 novembre, Vincent Riou abandonne, également victime d'une avarie de quille. Et d'autres marins comme Enda O'Coineen, Morgan Lagravière, Kito de Pavant, Paul Meilhat, Stéphane Le Diraison, Thomas Ruyant ou encore Sébastien Josse ont été contraint d'abandonner.

Dans quelques jours, nous saurons …

Laura G. / 13 ans / Chouzé S/ Loire, France

Ce jeudi 19 janvier 2017, Armel Le Cleac'h (Banque Populaire VIII) a remporté la 8e édition du Vendée Globe en 74 jours, 3 heures, 35 minutes

crédit photo Ouest France Victoire de Le Cléac'h en 74 jours, 3 heures, 35 minutes

crédit photo Ouest France Victoire de Le Cléac'h en 74 jours, 3 heures, 35 minutes

Le Vendée Globe
Bonjour Laura,
ton article est très intéressant avec beaucoup d’informations qui permettent de comprendre les origines et le fonctionnement de cette course. On voit bien que tu as fait pas mal de recherches. Voilà les quelques points à modifier ou à préciser : 
Un article comment généralement par l’annonce d’une actualité. Donc au lieu de commencer directement par l’histoire du Vendée Globe, tu pourrais commencer par ton dernier paragraphe en précisant à quelle date les abandons ont eu lieu. 
Au lieu d’écrire « quelques marins », tu pourrais mettre le nombre exact de marins qui sont partis cette année. 
Tu n’es pas obligée de mettre le record de François Gabart entre parenthèses car c’est un moment important du Vendée Globe. Tu pourrais par exemple écrire : « Parmi les grands moments du Vendée Globe, le record établi par François Gabart … ». Tu peux également écrire à la suite deux autres grands moments qui ont marqué cette course. 
Lorsque tu écris « les portes des glaces virtuelles », ce n’est peut-être pas compréhensible par tous les lecteurs. Tu as peut-être trouvé cette expression dans un article ou un site, mais il faut que tu écrives la phrase « Ces zones d'exclusion sont tout simplement des points fictifs placés régulièrement pour limiter les risques de « rencontrer » les glaces, comme l'avait fait Jean-Luc Van Den Heede lors de la première édition » tout de suite après pour que ce soit plus compréhensible. 
 
Et, dernier conseil, il serait bien d’indiquer ce que représentent 30 nœuds en kilomètre/h pour que ce soit plus compréhensible pour ceux qui ne naviguent pas notamment. 
Mathilde  2ème année EPJT. 

Le Vendée Globe (article d'origine soumis aux commentaires EPJT)

Toute l'histoire de cette célèbre aventure à la voile autour du monde et de cette huitième édition !

Tous les quatre ans depuis 1989, quelques marins partent dans une extraordinaire aventure à la voile, en solitaire, sans assistance et sans escale autour du monde. Ils partent du port des Sables d'Olonne admirés par plusieurs millions de personnes, et y reviennent après plusieurs mois de navigation. En effet, lors de l'édition 2012/2013, François Gabart a établi le record en faisant le tour du monde en 78 jours et quelques heures. Les skippers descendent ensuite l'Atlantique pour passer le Cap de Bonne Espérance, puis ils se dirigent vers l'Australie pour passer le Cap Leeuwin et finissent par passer le Cap Horn avant de remonter l'Atlantique et revenir au point de départ.
Parmi les grands moments qui ont marqué cette course, nous retenons la disparition de Gerry Roufs lors de la troisième édition. Nous ne connaissons pas la raison exacte de la mort de ce marin, mais nous savons que la mer était déchaînée, allant même jusqu'à faire dérouter des cargos. Six mois après, l'épave de son bateau est retrouvée sur les côtes du Chili.
Le 6 novembre de cette année, vingt-neuf skippers de différentes nationalité (Alex Thomson est Anglais, Kojiro Shiraishi est Japonais tandis que Didac Costa vient de Barcelone) ont pris le départ sur des bateaux de 18,28 mètres de long. Un quart de ces navires étaient même équipés de foils, une innovation pour le Vendée Globe. Les foils sont des sortes d’ailerons placés de chaque côté du bateau, ils permettent de le faire planer sur l'eau et de gagner de la vitesse (certains marins font des pointes à 30 nœuds). Cependant, on ne connaît pas leur fiabilité dans les mers agitées comme les mers du Sud, en témoigne la bateau d'Alex Thomson qui en a perdu un.
Autre nouveauté, des zones d'exclusion ont été mises en place pour remplacer les portes des glaces virtuelles. Ces zones sont des points fictifs placés régulièrement pour limiter les risques de « rencontrer » les glaces, comme l'avait fait Jean-Luc Van Den Heede lors de la première édition. Cette nouvelle règle est inspirée de la course 'Barcelona World Race' (un tour du monde en double). Cependant, si un skipper venait à rentrer dans une zone pour un cas de force majeure, il serait uniquement pénalisé, comme dans la 'Volvo Ocean Race'.
Lors de cette édition, on déplore déjà quelques abandons et problèmes : Tanguy de Lamotte a subi une avarie de mât le 15 novembre, et est rentré aux Sables d'Olonne, Vincent Riou abandonne, également victime d'une avarie de quille tandis que Dicac Costa a eu une voie d’eau
 

Mi-janvier , nous saurons …

Laura G. / 13 ans / Chouzé S/ Loire, France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article