Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pauline N. 12ans Varennes sur Loire

Au tour de France, il y a plusieurs maillots pour voir à chaque course qui a est le vainqueur. Il y a le maillot jaune pour le meilleur, le maillot vert pour le meilleur sprinteur, le maillot blanc pour le meilleur jeune de la course et enfin il y a le maillot blanc à poids pour le meilleur grimpeur dans les montagnes.

Quand le tour de France se termine, au final, les récompenses sont remises au meilleur coureur : il y a un maillot pour le coureur qui s'est combattu le plus celui-ci est tout rouge et remis à chaque étape ainsi que les autres, le jaune, le vert, le blanc et le blanc à pois.

Il y a aussi des récompenses pour les meilleures équipes du Tour de France.

Pauline N. 12ans Varennes sur Loire

 

 

Crédit photo sur google image (les quatre maillots du Tour de France)

Crédit photo sur google image (les quatre maillots du Tour de France)

Les maillots du tour de France 2016

Bonjour Pauline,

Je tiens à m’excuser de la part de toute l’équipe pour ce retard, d’autant plus que ton article était lié à un fait d’actualité (ce qui au passage est très bien). J’espère que tu n’as pas décroché...

Quelques remarques :

  • Ton titre est informatif, c’est très bien
  • Il manque ce qu’on appelle un chapô. C’est la phrase qui arrive avant le début de ton texte. Dedans, tu dois donner l’angle, c’est-à-dire de quoi parle ton article, quelle est l’idée qui se dégage.
  • Tu pourrais peut-être rajouter une phrase d’explication sur le Tour de France. Ca te paraît évident mais pense au lecteur qui ne s’y connaît pas.
  • Sois un peu plus précise et plus simple quand tu expliques. Par exemple, quand tu parles de « plusieurs maillots », dis tout simplement qu’ils ont des significations différentes. Pour le maillot jaune, plutôt que « meilleur », privilégie le leader, le premier du classement général, le vainqueur provisoire... Une astuce : fais des phrases courtes, tu verras le lecteur comprendra mieux.

Bon courage. Au plaisir de te relire.

Mary, 2e année École publique de journalisme de Tours

Commenter cet article