Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Classe Conf’ rédac st Germain le Jouteux

Marie Laure Augry est venue passer la journée à Bourgueil avec son équipe de journalistes, le matin à la MFR  et l'après-midi à l'école Saint Germain où elle a rencontré les élèves de CM1-CM2 et des élèves du collège le Jouteux jeunes reporters.

Vous avez été présentatrice TV dans les années 80, que faites-vous actuellement ?

J'ai présenté le journal télévisé pendant sept ans avec Yves Mourousi, un grand Monsieur de la télévision. Mais j'ai commencé bien avant, en 1978, avec le journal du soir. Je le dois à l'année de la femme. Actuellement, je suis toujours journaliste. Je suis médiatrice de la rédaction de France 3  avec Patrick et Soumia. On est le lien entre les téléspectateurs et les journalistes : les téléspectateurs qui s'intéressent au traitement de l'information et qui nous font part de leurs remarques, de leurs avis, de leurs critiques. Tous les mois, on a une émission qui s'appelle "Votre télé et vous". C'est une émission qui réunit des téléspectateurs et des journalistes et qui est un échange sur le traitement de l'actualité.

Qu 'est-ce qui vous a donné envie de faire ce métier?

Je pense... la curiosité. Je m'intéressais à l'information et j'avais envie d'un métier de contact, en quelque sorte pouvoir m'enrichir tous les jours des rencontres que je pourrais faire.  Peut-être à partir de cela, l'envie d'expliquer, de transmettre, comme un professeur qui essaie d'expliquer la matière qu'il enseigne. Pour nous, c'est ce qui se passe à côté de chez nous, ce qui se passe dans le monde.

Est-ce une passion d' enfance ?

Non, pas du tout. Ma curiosité, je l'avais à l'adolescence et ça s'est confirmé vers l'âge de 17-18 ans.

Faites-vous des articles sur tous les sujets ou êtes-vous spécialisée dans un domaine particulier ?

Dans le métier du journalisme, il faut être à même de traiter tous les sujets, c'est ce qui fait après, pour moi, quand tu es en direct, après avoir travaillé plusieurs heures pour préparer ton journal, c'est un peu la récréation, tu te fais plaisir.

Pourriez-vous nous donner des conseils pour faire un bon article de journal ?

Pour faire un bon article, avant, il faut aller enquêter. Si tu fais une interview de quelqu'un, avant, tu essaies de savoir qui est la personne, ce qu'elle a fait, de manière à pouvoir faire une interview la plus sérieuse, la plus pointue possible. Pendant l'interview, tu dois pouvoir relancer une question. Après il faudra retranscrire l'interview. Soit tu as assez de place pour tout mettre, soit tu as fait un quart d'heure d'interview mais tu n'as que 5 minutes, c'est à toi de voir ce qui a été le plus important et surtout de respecter ce que dit la personne. Si tu fais un article, par exemple sur les gelées à Bourgueil, va voir les viticulteurs pour savoir ce que ça implique pour eux comme perte financière par rapport à leur récolte, comment sera la cuvée de cette année. Expliquer tout ça, en faire la synthèse, le transcrire. Bien donner la parole à tous les gens concernés.

Quels conseils donneriez-vous à de futurs journalistes ?

D'abord d'avoir de l'intérêt pour l'information, le goût de l'information, ensuite avoir l'envie, le sens du contact, l'envie de rencontrer les gens, pouvoir expliquer clairement, avoir l'esprit de synthèse. D'abord avoir beaucoup de curiosité, s'intéresser à plein de choses. Déjà c'est une ouverture d'esprit !

Propos recueillis par la Classe Conf’ rédac st Germain le Jouteux

crédit photos intervention Marie Laure AUgry Soumia Chouaf et Patrick Jaquin : G. Després

crédit photos intervention Marie Laure AUgry Soumia Chouaf et Patrick Jaquin : G. Després

"L'intérêt et le goût pour l'information sont essentiels pour faire du journalisme" Marie-Laure Augry

Bonjour à tous,

L’interview est intéressante, c’est du bon boulot. Vous avez eu raison de mettre une citation comme titre d’article. C’est souvent ce qui est fait pour les interviews même s’il faut qu’elle représente bien l’idée du papier. Ici, le choix de la citation est bon, mais on a du mal à comprendre de quoi elle parle exactement.
Autre remarque, souvent dans le paragraphe introductif, on présente la personne interviewée. Ici, vous le faites dans la première question. Ce n’est pas une mauvaise idée. Il faut juste rendre le début de l’interview un peu plus accrocheur. 

Dernière petite remarque, lorsqu’on retranscrit une interview, il faut reformuler les propos de la personne tout en les respectant, comme vous a expliqué Marie-Laure Augry. Il faut le faire parce le français à l’oral n’est pas le même que celui de l’écrit. Par exemple, il ne faut pas hésiter à mettre plus de points dans les phrases pour les rendre plus courtes et donc plus dynamiques.

Pour aller plus loin dans ce que j’ai dit dans mon commentaire public, il faut réarranger la citation qui est dans le titre. C’est une très bonne idée d’avoir mis une citation mais on ne comprend pas exactement de quoi elle parle ici. Vous pouvez mettre par exemple, "L'intérêt et le goût pour l'information sont essentielspour faire du journalisme" Marie-Laure Augry. Il faut que l’on comprenne tout de suite la citation et donc le sujet de l’article.

Autre point, le début de l’interview doit être plus accrocheur pour que le lecteur reste jusqu’au bout de l’article. Vous pouvez par exemple relier la première et la deuxième question en reliant ses deux réponses. Cela ferait : « Vous avez été présentatrice TV dans les années 80, que faites-vous actuellement ? (réponse) J'ai présenté le journal télévisé pendant sept ans avec Yves Mourousi, un grand Monsieur de la télévision. Mais j'ai commencé bien avant, en 1978, avec le journal du soir. Je le dois à l'année de la femme. Actuellement, je suis toujours journaliste. Je suis médiatrice de le rédaction de France 3 avec Patrick et Soumia… »  (Je me suis permis de reformuler un peu pour vous donner un aperçu de comment il faut retranscrire une interview).

Sinon, c’est une interview réussie et fluide à la lecture.

Bonne continuation à tous,

Théo, étudiant en deuxième année à l’École Public de Journalisme de Tours / France

"L'intérêt et le goût pour l'information, le sens du contact, l'envie de rencontrer les gens" Marie-Laure Augry

(article d'origine soumis aux commentaires de l'EPJT)

Marie Laure Augry est venue passer la journée à Bourgueil avec son équipe de journalistes, le matin à la MFR  et l'après-midi à l'école Saint Germain où elle a rencontré les élèves de CM1-CM2 et des élèves du collège, jeunes reporters.

 Vous avez été présentatrice TV?

Oui, j'ai présenté le journal télévisé pendant sept ans avec Yves Mourousi, qui était un grand Monsieur de la télévision. J'ai commencé bien avant, en 1978, avec le journal du soir, je le dois à l'année de la femme.

Que faites-vous actuellement ?

Je suis toujours journaliste. Actuellement je suis médiatrice de rédaction de France 3 avec Patrick et Soumia. On est le lien entre les téléspectateurs et les journalistes : les téléspectateurs qui s'intéressent au traitement de l'information et qui nous font part de leurs remarques, de leurs avis, de leurs critiques. Tous les mois, on a une émission qui s'appelle "Votre télé et vous". C'est une émission qui réunit des téléspectateurs et des journalistes et qui est un échange sur le traitement de l'actualité.

Qu 'est-ce qui vous a donné envie de faire ce métier?

Je pense... la curiosité. Je m'intéressais à l'information et j'avais envie d'un métier de contact, en quelque sorte pouvoir m'enrichir tous les jours des rencontres que je pourrais faire.  Peut-être à partir de cela, l'envie d'expliquer, de transmettre, comme un professeur qui essaie d'expliquer la matière qu'il enseigne. Pour nous, c'est ce qui se passe à côté de chez nous, ce qui se passe dans le monde.

Est-ce une passion d' enfance ?

Non, pas du tout. Ma curiosité, je l'avais à l'adolescence et ça s'est confirmé vers l'âge de 17-18 ans.

Faites vous des articles sur tous les sujets ou êtes-vous spécialisée dans un domaine particulier ?

Dans le métier du journalisme, il faut être à même de traiter tous les sujets, c'est ce qui fait après, pour moi, quand tu es en direct, après avoir travaillé plusieurs heures pour préparer ton journal, c'est un peu la récréation, tu te fais plaisir.

Pourriez vous nous donner des conseils pour faire un bon article de journal ?

Pour faire un bon article, avant, il faut aller enquêter. Si tu fais une interview de quelqu'un, avant, tu essaies de savoir qui est la personne, ce qu'elle a fait, de manière à pouvoir faire une interview la plus sérieuse, la plus pointue possible. Pendant l'interview, tu dois pouvoir relancer une question. Après il faudra retranscrire l'interview. Soit tu as assez de place pour tout mettre, soit tu as fait un quart d'heure d'interview mais tu n'as que 5 minutes, c'est à toi de voir ce qui a été le plus important et surtout de respecter ce que dit la personne. Si tu fais un article, par exemple sur les gelées à Bourgueil, va voir les viticulteurs pour savoir ce que ça implique pour eux comme perte financière par rapport à leur récolte, comment sera la cuvée de cette année. Expliquer tout ça, en faire la synthèse, le transcrire. Bien donner la parole à tous les gens concernés.

Quels conseils donneriez-vous à de futurs journalistes ?

D'abord d'avoir de l'intérêt pour l'information, le goût de l'information, ensuite avoir l'envie, le sens du contact, l'envie de rencontrer les gens, pouvoir expliquer clairement, avoir l'esprit de synthèse. D'abord avoir beaucoup de curiosité, s'intéresser à plein de choses. Déjà c'est une ouverture d'esprit !

Classe Conf’ rédac st Germain le Jouteux

Commenter cet article